trans himalaya
visions d'un pèlerin des cimes

vendredi 22 janvier 1999
avec alexandre poussin
voyageur et cinéaste

 

Alexandre poussin, jeune homme de 25 ans,
est venu nous relater sa traversée en randonnée
de la chaîne de l'Himalaya.



5 000 km à pieds en 6 mois, lui et son homonyme Sylvain, ont traversé plusieurs pays avant d'atteindre, non sans péripéties ni difficultés leurs objectif ultime : pouvoir contempler quelques instants cette voûte céleste au sommet de la plus haute montagne du monde.

pour camper le décor...

matériel emporté
Petit sac à dos, tente, réchaud, et quelques affaires de rechange.
nourriture
De quoi vivre pendant 3 jours seulement, meilleurs façon pour que leur survie soit liée aux rencontres faites. Autrement ils se nourrissaient de farine, lentilles tout ce dont on leur offrait.
pays traversés
Pakistan, Afghanistan, Chine, Boutan, Tibet... dont les moeurs, cultures et religions sont complètement différentes. Cela suppose une nouvelle approche à chaque fois.
support médiatique
Appareil photo, caméscope, et leurs imagination pour entrer en communication avec les habitants du pays.

exploit sportif

On ne peut pas nier l'exploit sportif que représente cette traversée vers l'Himalaya, et les embûches traversées :

  • contraste de climat (froid glacial, tempête de neige, soleil de plomb) et de paysage : murs infranchissables, désert aride sans végétation.
  • ne pas pouvoir avancer pendant 10h00 à cause d'une tempête de neige.
  • 100 jours de marche dans un désert humain, pour y survivre : soupe compacte avec le nombre de calories suffisantes pour une journée
  • maladie grave à laquelle a été confronté pendant quelques mois Alexandre.

A la rencontre de l'autre

musulmans

En Inde, chrétiens et musulmans vivent ensemble dans un grand respect mutuel. Ils vivent dans une notion de foi libératrice dans une unité de valeur.

bouddhistes

  • la quête d'une sagesse en cultivant une humanité par l'intériorité,
  • femme pas propriété de son mari, ils ont une vision très matriarcal,
  • quelques rituels obscures dans certaines contrées coupées du monde,
  • leurs rapport avec eux : paix, compassion, simplicité.

Communication

  • pour apprivoiser les habitants d'un village et qu'un climat de confiance s'instaure, Alexandre et Sylvain montaient des petits spectacles ou animations.
  • une de leur première approche était aussi d'annoncer qu'ils étaient croyant. c'était une façon de créer un lien fort dans la confiance.
  • la photos pour eux était un bon moyen pour divertir et approcher ses autochtones bouddhistes, car pour eux l'image est une vertu sacré, une façon d'être sanctifié.

Quelques mots

  • dépassement de soi
  • la simplicité de l'échange était "recentrante" et "intériorisante"
  • vécu une forte expérience liturgique : par un paysage aride et dépouillé de tout phares et par "ce lieu le plus proche des cieux"

Par cette découverte de l'Indes et de l'Himalaya ils ont pu approcher de près la contemplation et la vraie écoute de l'autre tout ceci est "richesse" la vraie surtout comparé a notre civilisation actuelle. Ils ont pris le temps de vivre c'était une véritable retraite intérieur.

Ils se sont rendu compte de retour à la civilisation que l'on faisait du temps une trop mauvaise gestion et que c'était cela qui rendait la communication difficile car on se coupe de la réalité ne vivant plus que dans sa réalité.

et maintenant, leurs projets

partir en l'an 2000 découvrir la Cordillère des Andes à cheval...



Si vous voulez découvrir et suivre Alexandre Poussin et Sylvain vous pouvez vous procurer ses 2 livres et ses vidéos en écrivant à Alexandre Poussin, 75 rue Gutemberg, 75015 Paris.


présentation de la Cave - soirées du vendredi - programme


222 rue du faubourg saint-honoré paris 8ème
m° ternes / charles de gaulle-étoile / georges v