Action Les Arts Plastiques
COMME si toute la ville elle-même était dans l'ambiance des JMJ...
« Tiens voilà des crayons, de la peinture, de la terre, du bois.
A toi de jouer maintenant ! N'aies pas peur, sois en confiance,
tu n'es pas là pour bien dessiner, bien modeler, mais pour t'exprimer,
simplement pour témoigner de ta présence ici,
par un signe spontané, gratuit, vrai, juste.
Laisse parler ton désir profond.
Comme dans la prière, dépose ton fardeau... »

Oui, être là
Une présence pour accueillir...
Ne pas être là pour étaler son savoir-faire, mais
rechercher la rencontre dans le geste plastique.
Sans hiérarchie ni performance, il n'y a pas de meilleur.
L'important c'est d'accueillir chacun, être disponible.
Lui permettre de retrouver le lien qui unit le geste et le coeur.
J'attends l'inconnu, je possède l'impulsion non le résultat.
Respecter le dessin, le modelage, la sculpture de bois,
qui prend forme devant moi sans jugement.
Il ne s'agit pas de "faire de la communication", mais de communier ?
Venir, c'est déjà un geste. Le goût et la simplicité de faire plus grand
qu'un préjugé ou un savoir faire.
Dieu aime que l'homme dise quelque chose de ce qu'il est.

Du Pape Paul VI aux artistes

« Vous avez aidé l'Église à traduire son divin message dans le language des formes et des figures, à rendre saisissable le monde invisible.
Ce monde dans lequel nous vivons a besoin de la beauté pour ne pas sombrer dans la désespérance. La beauté, comme la vérité, c'est ce qui résiste à l'usure du temps, qui unit les générations et les fait communier dans l'admiration. Et cela par vos mains...
Que vos mains soient pures et désintéressées ! Souvenez-vous que vous êtes les gardiens de la beauté dans le monde. »

Au café des artsDans ce climat de positivité joyeuse, ou chacun retrouve cette évidence
directe et simple, commune à l'enfance : jouer le jeu de la rencontre
et de l'étonnement. Ils se sont appropriés quelque chose,
des instants de liberté, des instants d'échanges gratuits.
Les rires fusent, certains se taisent.
Ils remplacent même les pinceaux et vont marquer les toiles, les sacs, la peau,
les chemises, de formes aux couleurs vives. On échange ses expériences,
on commente. Une équipe s'est lancée dans la réalisation
d'une grande fresque qui retrace l'aventure de l'Arche de Noé.
Un frère est là. Il se tait. Il regarde. Il médite.
Puis la discussion prend forme et accompagne la concentration
du geste. Petit à petit la dimension du jeu s'est installée,
et ces mouvements spontanés traduisent un désir de vivre,
un désir de partager.

Cette capacité d'émerveillement qui révèle la fraîcheur de l'âme, d'où vient-elle ?
De cette impulsion fondamentale à laquelle chacun a répondu ?
Quoique l'on fasse il y a toujours une place
qui nous est réservée dans la Création. Quel bonheur
d'en prendre conscience.
Cette harmonie vécue ici tient peut-être de ce mot d'ordre implicite
une façon d'être, de sourire à l'autre.
Dans cette rencontre éphémère, nous sommes là,
ensemble pour vivre un temps, différemment. Par un instant partagé,
nous découvrons ce qui nous unit.
Dans ces gestes simples, quelqu'un nous dépasse.
J'ai un moyen d'expression mais j'ai aussi la foi. J'aime traduire les
mouvements du coeur, donner des signes qui ouvrent les coeurs,
qui permettent l'échange. Des signes plastiques faits pour être
donnés, des signes qui n'existent que parce qu'ils sont porteurs de sens.
Dans l'art, la matière ordonnée, à l'image de la construction
intérieure, épouse l'intention.

Après la sensation première, vient l'émotion, puis le sentiment.
Trois stades de notre réalité intérieure.
Descendre en soi même...
Le chemin est le même dans la création.
L'art, chemin vers l'homme pour mieux trouver Dieu.

Alors, un coup de barre, un coup d'art et ça repart !



Retour © Jubilatio ! 1998