Jubilation La liturgie est une fête

TOUTE liturgie est une fête : de tout l’être, de tout un peuple, une fête universelle. Telle est l’expression de la joie : un débordement, une exubérance, une audace... telles furent ausi les journées mondiales de la jeunesse, une fête qui exprimait le bonheur d’être chrétien, l’audace de dire sa joie de mille moyens. “ Quantum potes, tantum aude ” aurait dit le vieux maître. “ Aie de l’audace, autant que tu le peux. ” Car rien ne saurait exprimer toute la joie que tu as de connaître la vraie Vie, de la chanter, de la manifester. Car rien ne saurait correspondre à ton exultation qui profondément jaillit de ton coeur et librement s’épanouit sur le monde.
Quel grand bonheur de savoir,
Que l’ivresse de ta joie ne saurait laisser d’amertume, ni non plus en semer,
Que jamais tes chants n’éloigneront du silence qui fait le fond de ton coeur,
Que la danse n’épuisera, ni ne grisera.

Jubilatio ! : ce fut vraiment cet accord entre la vie et le repos, entre la joie et la paix, la fête du coeur autant que celle du corps. Car tout artiste est à la recherche de ces lieux où il pourra rester enfant : il aspire à créer dans une liberté toujours plus vivante, sans que jamais pourtant celle-ci ne se retourne contre lui. Rares sont les lieux où je n'ai plus à redouter la force créatrice qui m’habite et m’entraîne, ces lieux où je puisse être pleinement moi-même, où je puisse m'éclater sans perdre mon coeur... Qui m’offrira cette joie de dire l’homme, de chanter la foi, d’exulter pour Dieu, sans le sentiment de réciter mon catéchisme, avec la certitude pourtant que ma parole, que mon geste ne sont pas vains ?

Émerveillement que tout cela ait pu être, sentiment de l’enfant qui ne croyait pas que la foi pouvait rimer avec joie, qui sait aussi que son père n’est pas jaloux de son bonheur mais qu’il le bénit.
Émerveillement aussi d’avoir pu toucher par là, ceux aussi qui n’étaient jamais "venus" et n’avaient pas encore "vu".
Émerveillement de comprendre que mon bonheur de chanter, de louer, de danser, de sculpter est un don pour le monde, et qu'il est le signe qu’au-delà de tout, une Bonté nous attend...



Retour © Jubilatio ! 1998