accueil

Contemplation
Action
Jubilation

national
reseau
nous connaître

En quête du Dieu vivant
  • « LE JUBILÉ est toujours un temps de grâce particulière,‘"un jour béni par le Seigneur" : comme tel, il a un caractère joyeux. Le Jubilé de l'An 2000 veut être une grande prière de louange et d'action de grâce surtout pour le don de l'Incarnation du Fils de Dieu et de la Rédemption qu'Il a accomplie. »

Ainsi s'exprimait Jean-Paul II dans sa lettre apostolique de préparation au 3ème Millénaire pour nous dire dans quel esprit il nous invite à vivre ce temps de grâce. Depuis toujours, en effet, l'homme a cherché à être en relation avec Dieu. Quelles que soient les cultures, sous toutes les latitudes, et depuis toujours, il veut s'allier le divin. Les récentes découvertes de peintures murales multimillénaires dans des cavernes, les pierres levées, les statues géantes de l'Ile de Pâque, les grands temples construits on ne sait comment dans des nids d'aigle, toutes ces manifestations nous montrent que l'homme est par nature un être religieux.
Toutefois, si ces multiples chemins sont tous porteurs de vie spirituelle, quelle difficulté pour l'homme d'aller à la rencontre de Dieu ! Aussi c'est « Dieu qui vient en personne parler de lui-même à l'homme et lui montrer la voie qui lui permettra de l'atteindre. » (Jean-Paul II) Cette voie, ce chemin, c'est le Christ, c'est Dieu-fait-homme.

Le chemin de Dieu

Pourquoi Dieu choisit-il de quitter ses cieux ? N'est-ce pas mû par son coeur de Père qu'il veut entrer par son Fils en relation d'amour avec sa créature, la laissant libre de répondre ? " Dieu personne ne l'a jamais vu, le Fils unique qui est dans le sein du Père, lui, l'a fait connaître" (Jn.1,18). Tel est l'évènement dont nous célébrerons le 2000ème anniversaire au cours du Jubilé : l'Incarnation du Fils, Parole de Dieu, et la Rédemption qu'Il a accomplie, c'est-à-dire sa venue parmi nous et le don de sa vie pour réconcilier l'humanité avec Dieu, pour réconcilier les hommes entre eux et avec eux-mêmes, pour réconcilier toute la création.

Un don pour le monde

Cet évènement joyeux, cette Bonne Nouvelle de la Réconciliation définitive, c'est à chacun d'entre nous de l'annoncer, parce que " la création en attente aspire à la révélation des fils de Dieu " (Rm 8, 19). Rappelons-nous Jean-Paul II, le 21 août 1997 : " Chers jeunes, l'Église a confiance en vous. Elle compte sur vous pour être témoins du Ressuscité par toute votre vie (...) À la lumière de la vie des saints et d'autres témoins de l'Évangile, aidez-vous les uns les autres à affermir votre foi et à être les apôtres de l'an 2000, rappelant au monde que le Seigneur nous invite à sa joie et que le véritable bonheur consiste à se donner par amour pour ses frères ! Apportez votre contribution à la vie de l'Eglise qui a besoin de votre jeunesse et de votre dynamisme. "
La joie qui se lit sur un visage est le signe indubitable de la vie nouvelle offerte par le Ressuscité. " Alleluia ! Il est ressuscité ! " s'est écriée Marie-Madeleine, la pécheresse pardonnée à qui Jésus est apparu en premier dans le jardin au matin de Pâques. " Alleluia ! Il est ressuscité ! " se sont écriés les pélerins de retour d'Emmaüs où ils l'ont rencontré et ont mangé avec Lui. " Alleluia ! Il est ressuscité ! " se sont exclamés Pierre et Jean après avoir découvert le tombeau vide. " Alleluia ! Il est ressuscité ! " a dit le groupe des apôtres à Thomas absent et incrédule. " Alleluia ! Il est ressuscité ! ", c'est le cri de joie, jaillissant du coeur et des les lèvres des baptisés, qui illumine chaque année la nuit de Pâques. " Oui, Il est vraiment ressuscité ! ", la mort est vaincue par la Vie, le mal est vaincu par l'Amour.

librement offert

Telle est la Bonne Nouvelle qui depuis deux millénaires se propage de bouche à oreille, de coeur à coeur. Libre à celui qui le veut d'y croire ! Innombrables sont les témoins dont la vie s'en est trouvée bouleversée. C'est comme une force irrésistible qui pousse et conduit à aller là où par peur on ne veut pas aller... D'où vient-elle ? De Jésus lui-même : " Voici que je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Demeurez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la force d'en-Haut » (Lc 24, 49).

La force de l'Esprit du Christ fait de nous des témoins de la réalité de l'amour divin. Aussi, " là où le témoignage de la parole est difficile ou impossible dans un monde qui ne l'accepte pas, par votre attitude vous rendez présent le Christ serviteur, car votre action est en harmonie avec l'enseignement de celui que vous annoncez. C'est une forme éminente de confession de foi, qui a été pratiquée avec humilité et persévérance par les saints. C'est une façon de signifier que l'on peut tout sacrifier à la vérité de l'Evangile et à l'amour de ses frères, comme le Christ " rappelait Jean-Paul II au Champ de Mars, lors des JMJ.

Tout consacrer à l'amour, ce n'est pas faire des choses exceptionnelles, mais le vivre dans les événements de nos journées. L'Amour vécu dans les petites choses du quotidien, - et Dieu sait si le quotidien n'est pas toujours facile ! - transfigure tout. " L'amour prend patience ; l'amour rend service ; l'amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d'orgueil ; il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'emporte pas ; il n'entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai, il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne passera jamais. " (1 Co 13, 4-8)
Alors, puisque l'amour peut tout, il peut même l'impossible. Pour Mère Térésa, c'est en regardant une à une les personnes qu'elle a pu, avec l'aide du Seigneur et de ses nombreuses soeurs, réaliser cette oeuvre immense que nous connaissons. L'amour est fécond. À chacun d'entre nous de voir où il nous appelle.
Peut-être est-ce à faire œuvre commune avec des croyants d'autres Églises et d'autres religions ? Dans ce cas, cela nécessite de n'avoir aucune défiance, aucun préjugé, aucune crainte. " L'amour bannit la crainte ". Jean-Paul II nous y encourage : " Je forme le voeu que le Jubilé soit une bonne occasion pour collaborer efficacement à la mise en commun de tout ce qui nous unit et qui est certainement plus important que ce qui nous divise. Dans cette perspective, il serait bon que, tout en respectant les programmes des diverses Eglises et Communautés, on arrive à des projets œcuméniques pour la préparation et la réalisation du Jubilé ! Celui-ci gagnerait en vigueur pour témoigner devant le monde de la ferme volonté de tous les disciples du Christ de réaliser au plus tôt la pleine unité , dans la certitude que rien n'est impossible à Dieu. " Un chemin nous est ainsi tracé.

pour préparer le Jubilé

D'ici là sans doute serait-il bon de se rencontrer pour mieux se connaître, pour mieux apprécier ce qui fait l'essentiel des convictions de chacun et, en apprenant à dialoguer dans le respect mutuel, de se rapprocher pour faire oeuvre commune. Des cafés théologiques seraient-ils ces lieux de rencontre souhaités, dans un climat de liberté et de convivialité ? En tout cas, ils permettraient à tout chercheur de vérité d'y trouver un lieu d'écoute et de réflexion, et peut-être même une lumière déterminante pour son existence.
La réflexion n'est pas tout. Une des conditions nécessaire est d'y joindre la prière, car elle favorise l'écoute profonde et le discernement : " Consacre chaque jour au moins cinq minutes à Dieu : une prière, un moment de silence, d'écoute ; peu importe de quelle manière, pourvu que ce soit un temps qui lui appartienne exclusivement. "
Pour préparer ce moment de prière, ce face à face, il importe de tendre l'oreille en ouvrant sa bible." Lire l'Évangile, c'est apprendre à connaître Jésus, écouter sa parole et se préparer à dialoguer avec lui, en s'engageant dans une aventure qui conduit à la liberté. Pour cela, une idée simple : choisir de faire de l'un des 4 Évangiles une lecture quotidienne, privilégiée et fidèle. "
Si c'est trop difficile, " prends trois jours, entre aujourd'hui et l'an 2000, pour réfléchir et écouter, seul ou avec d'autres, dans un lieu et avec une communauté qui favorise le recueillement, l'écoute et la réflexion. "
De toutes les façons, il t'est peut-être possible de te " choisir un frère ou une soeur aînée, un ‘grand ami', quelqu'un en qui tu as confiance, qui t'écoute, qui t'accompagne et qui te serve de guide le long du chemin, qui soit à tes côtés dans les moments de choix difficiles comme dans les moments de joie. "
La rencontre favorise aussi l'éveil aux besoins des autres et permet la mise en route de projets nouveaux, comme par exemple le service des plus nécessiteux en qui chacun peut reconnaître un autre soi-même, un frère, le Christ peut-être... " Pense à la façon dont est organisée ta journée, ta semaine : vois comment tu pourrais consacrer gratuitement un peu de ton temps aux autres, surtout à ceux qui en ont le plus besoin ". Parfois, ce qui bloque, c'est une blessure... Alors, " fais un geste concret de réconciliation, en jetant des ponts de paix, en cherchant à éliminer la rancune et en apprennant à faire en sorte que, comme dit l'Évangile, le soleil ne se couche jamais sur ta colère ". (Propositions tirées du livret international proposé par Rome “ En marche vers le Jubilé ”)
Dans tous les cas, " rendez-vous à Rome en l'an 2000, à l'occasion du Grand Jubilé. Où que tu te trouves, tu es invité avec les jeunes du monde : une invitation que tu ne peux manquer ! "



Retour

©jubilatio ! 1998