Jubilation Et si l'on parlait d'unité ?
VRAIE et fausse unité...
Il y a une fausse et il y a une véritable unité. Attention aux contrefaçons ! Les fausses unités sont celles que Jésus vient briser : “ Pensez-vous que je sois venu apporter la paix ? Non pas la paix mais le glaive : on sera opposé un contre deux, deux contre trois... On aura pour ennemis les gens de sa maison ! ”

Il y a en effet de fausses unités comme il y a de faux amours, des amours possessifs, étouffants, assassins, volontés de réduire l'autre à soi, désirs de se reproduire au lieu de vraiment mettre au monde, désirs d'être imité au lieu de se réjouir de la différenciation.
Alors il vaut mieux qu'il y ait crise et possibilité d'explication, affrontement et discussion. Les fausses paix, les silences complices sont des tombeaux. Mieux vaut la division des langues à Babel que l'uniformité totalitaire. La Pentecôte n'est pas un retour à la pensée unique. La Pentecôte, c'est la communication, qui suppose diversité, expérience personnalisée. C'est l'unité d'une diversité harmonisée par l'Esprit Saint. Un peu comme nos chants polyphoniques lorsqu'ils sont accordés.

Saint Paul nous le rappelle : “ Il est inévitable qu'il y ait entre vous des divisions, c'est alors que s'éprouvera la sagesse des authentiques disciples du Christ. ”
Il nous faut accepter les conflits, savoir écouter le point de vue opposé, tolérer l'altérité. Voici un jeu de mot que j'aime bien car il donne à penser : “ la présence de l'autre m'altère mais sa parole me désaltère ”. Je suis altéré au sens de blessé et je suis désaltéré au sens de réconcilié, au sens surtout du jaillissement d'une source vive en moi qui assouvit et justifie ainsi ma soif fondamentale de communication. Notre Dieu, au puits de Samarie comme sur la croix, est un Dieu qui a soif !

tous les drapeaux du monde aux JMJ 97

Prière pour l'unité

Seigneur Jésus,
Qui, à la veille de mourir pour nous,
As prié pour que tous Tes disciples
Soient parfaitement Un
Comme Toi en Ton Père et Ton Père en Toi,
Fais-nous ressentir douloureusement
L'infidélité de notre division.

Donne-nous
La loyauté de reconnaître
Et le courage de rejeter
Ce qui se passe en nous
D'indifférence, de méfiance
Et même d'hostilité mutuelle.

Accorde-nous
De nous rencontrer tous en Toi
Afin que de nos âmes et de nos lèvres
Monte incessamment
Ta prière pour l'Unité des Chrétiens,
Telle que Tu la veux,
Par les moyens que Tu veux.

En Toi, qui es la charité parfaite,
Fais-nous retrouver la voie
Qui conduit à l'unité
Dans l'obéissance
A Ton Amour et à Ta Vérité.

Amen.

Quand nous nous réunissons pour célébrer l'Eucharistie, nous voulons former une communauté par-delà l'égoïsme de tous et de chacun, une communauté pacifiée, réconciliée par l'agneau sacrifié, l'innocent qui est mis à mort pour avoir révélé le péché structurel, originel de nos groupes humains. Nous décidons ensemble de nous solidariser avec le Christ humilié, torturé, anéanti mais ressuscité par l'amour du Père, plus fort que la haine et que la mort. Nous faisons corps avec le Christ.
Notre unité est une communion ressuscitée, passée par l'épreuve pascale, animée par l'Esprit du Dieu vivant. Il est Un et il est Trois, unité par excellence, source, principe et modèle de toute société digne de ce nom. Seul l'amour permet de supporter la diversité, seul l'amour l'apprécie comme une richesse et non pas comme une irritation.
Dieu se différencie à l'intime de lui-même. Les chrétiens nomment cette différenciation, Trinité. Elle est le dynamisme de l'amour qui appelle tout à lui, dans la communion. Qu'il nous donne d'inventer en Lui l'unité dont nous avons besoin !



Retour © Jubilatio ! 1998