Action Vidéo

Vidéo. Je vois.
Tubes cathodiques, fibres optiques, antennes paraboliques, réseau informatique, lumière électronique... les sciences ont apportés tous leurs trésors, toute leur puissance, toute leurs techniques pour que nous puissions "voir".

L'horizon en a été changé, retourné en fait. Ce qui d'abord était la limite du regard, la frontière au-delà de laquelle l'oeil ne pouvait aller, est devenu l'espace d'une vision élargie, sans limites, universelle et mondiale : voir sans limites, voir selon son désir, voir enfin ce que l'on recherche.

La Défense

Voir sans limites :
Échapper aux murs, même à ceux de l'Arche de la Défense, aller regarder un ailleurs en restant là où je suis : être là et au-delà aussi.

Voir selon son désir :
Ne pas subir les images, les choisir enfin : entrer sur le Net, chercher, sélectionner, et finalement trouver.
L'image est un reflet, un miroitement de la surface des eaux...
Ici le verre à remplacé l'eau. Ce n'est plus la lune et le soleil qui se donnent à voir, c'est le monde entier qui apparaît derrière les grandes fenêtres de verre. L'image est un reflet, l'image est aussi un miroir.

Voir notre image.
Ce fut aussi un des enjeux de ces journées mondiales : que donnions-nous à voir de nous-mêmes au monde ?

L'image est encore "resplendissement", "éclat" d'une autre lumière peut-être. On nous a dit : « ne trouvez-vous pas étonnant que des moines et des moniales s'occupent ainsi de chercher des images, de donner accès aux images, de "surfer" sur le Net ? Dieu et la modernité, ne sont-ils pas incompatibles ? » Il y a pourtant bien longtemps que les chercheurs de Dieu emploient leur temps à scruter, à rechercher et à contempler. L'expression la plus immédiate de cette longue habitude, c'est l'icône, cette image des réalités d'en-haut, cette surface qui donne à voir l'invisible horizon d'une lumière inaccessible.

Que ceux qui cherchent à voir Dieu s'efforcent encore de voir le monde, qu'y-a-t-il d'étonnant à cela ? Peut-être convient-il d'abord d'ouvrir les yeux sur le monde et de l'embrasser au mieux. Pour voir, il faut ouvrir les yeux, non ? Pour voir Dieu, il faut peut-être avoir appris à regarder le monde. Nos cœur sont aveugles, s'ils n'ont pas d'abord vu ce qui nous entoure. Avant de chercher à voir le Dieu invisible, peut-être convient-il de chercher à voir l'homme, le prochain, tout proche et visible. Il est dit qu'il est " à l'image et à la ressemblance de Dieu ".

Vidéo, je vois.



Retour © Jubilatio ! 1998