Contemplation Voyage au pays du silence
JE suis partie au pays du silence, Seigneur, parce que je voulais te rencontrer, te contempler

Pour entendre ta parole, découvrir ton visage, il faut écouter ce que dit le silence. Quiconque peut découvrir ton visage à travers le visage des hommes à condition de les rejoindre dans le silence de son cœur. Alors je suis partie au pays du silence et j’en ai découvert les multiples voix

la Croix

Silence qui est caisse de résonance où le vacarme de mon cœur résonne plus fort que jamais. Il faut laisser au temps le temps de m'apaiser

Silence envahi par le brouhaha de ces mille riens qui m'encombrent et me dispersent. Toi seul, Seigneur, peut m'en libérer

Silence de pauvreté où il faut durer tandis que se creuse ma capacité d’accueil

Silence qui est espace où Dieu et les hommes peuvent venir habiter

Silence lourd des soucis et des souffrances personnelles ou partagées et qui devient appel, cri vers Toi, communion au Christ en croix

Silence qui est joie et danse intérieure, dont l’intensité est au delà des mots et des gestes

Silence d’émerveillement devant l’enfant de Bethléem. Le roi des anges, Seigneur du ciel et de la terre, miroir de la gloire du Père, est ce bébé qui sourit, pleure dans les bras de sa mère comme tous les petits

Silence de compassion devant le Christ souffrant et sa mère qui est là, impuissante et douloureuse comme son Fils, offrant tout avec Lui, sans rien y comprendre, comme moi

Silence d’adoration devant l’Eucharistie qui est présence et don d'amour

Silence où la Parole inlassablement répétée prend vie et devient visage

Silence où tout est communion paisible et silencieuse à Celui qui m'habite

Silence qui n’est plus que silence en sa Présence



Retour © Jubilatio ! 1998