Alain Alexandre


« La spiritualité qui traverse musiques traditionnelles
et musiques sacrées de différents pays nous montre
l'unité humaine ; il y a dans toute cette richesse et cette
diversité un grand chant d'amour. »


Le danseur-chorégraphe Alain Alexandre exprime là son art, sa créativité, son désir, son inspiration. Traduire la spiritualité en un langage chorégraphique. Aux sons de différentes traditions musicales, il apporte la forme mouvante et sûre, nous donnant ainsi de le ré-entendre par le regard. (danse sacrée : Alain Alexandre, à droite, à la Sainte-Chapelle, Paris)

Après un début au Centre International Rosella Hightower à Cannes, puis à l'École Princesse Grâce à Monaco, Alain Alexandre est promu danseur étoile à l'Opéra de Nantes, puis à l'Opéra de Lyon et encore à l'Opéra de Nice. Il travaille avec des artistes de renommée mondiale : Maurice Béjart, Robert Hossein, Roland Petit, George Balanchine, Rolf Liebermann, Jérôme Andrews. Il est titulaire d'une distinction de l'Université de San Diego (Californie) ainsi que du Congrès des États-Unis.

Sentant peu à peu l'appel d'une expression plus personnelle, il choisit d'approfondir sa recherche avec Kazuo Ohno, maître et fondateur de la danse contemporaine au Japon. Le résultat, selon la critique internationale unanime, est cette danse dénudée qui retrouve son sens premier : l'Harmonie avec les forces de la Nature. Cet art où l'invisible s'unit au visuel, Alain Alexandre le transmet aussi bien dans ses spectacles que dans ses ateliers de travail.

Quelques appréciations à travers le monde :


« L'on a le sentiment que de la musique à cette danse, pas une goutte de résonance ne se dilue. C'est cette miraculeuse musicalité corporelle que j'apprécie tant chez Alain Alexandre. » (Arvo Pärt, Berlin 1996)

« Le son de la corde fait vibrer le corps, le geste du danseur inspire le musicien. Entre les deux, d'extraordinaires complicités, entente, fusion. Le courant de l'art passe merveilleusement. Alain Alexandre : le danseur étonnant. » (F. Deletraz, dans Le Figaro)

« À ceux qui doutent, échaudés par tel ou tel spectacle, qu'il puisse exister une authentique danse sacrée dans l'univers chrétien, on ne saurait trop conseiller d'aller voir Alain Alexandre. » (Ed. Huber, dans Famille Chrétienne)



Mise à jour : 30 juin 1997.