Marie Keyrouz : la voix de Dieu


« Quand tu chantes, tu pries deux fois. »


Cette phrase de Saint Basile (Père grec du 6ème siècle) est pour Soeur Marie Keyrouz le leitmotiv de sa vie.

Fille du Liban, chrétienne orientale, Marie Keyrouz chante depuis son enfance, il y a 38 ans, à Deir el-Amar. Élevée dans un village maronite, c'est à onze ans que la jeune Marie répond à l'appel de Celui qui sera le centre de sa vie. La révélation est subite. C'est par le chant que Dieu l'appelle. Elle décide alors d'entrer au couvent et repousse l'amour fou d'un jeune garçon de 22 ans. Celui-ci dépérit, menace d'enlever la belle Marie, mais décide d'envoyer son père pour parlementer.

« Je ne m'appartiens plus, vous le savez, répond Marie, mon choix est irrévocable. » Après deux jours de retraite dans la prière et le silence, elle décide de prononcer ses voeux au sein de la congrégation des soeurs basiliennes chouérites. De rite byzantin, cette église est unie à Rome.

L'itinéraire de Marie Keyrouz dans la chrétienté d'Orient va lui permettre de chanter dans les langues principales des grands saints et des prophètes. Elle chante aussi distinctement en arabe qu'en syriaque, en grec qu'en arménien, en français qu'en italien.

Soeur Marie fait éclater un genre nouveau. Son succès est aussi occidental qu'oriental.
Formée dans les canons musicaux occidentaux des plus classiques, elle se consacre aujourd'hui aux liturgies d'Orient. Par son répertoire, soeur Marie nous permet de mieux comprendre le mot spiritualité comme une longue montée vers le sublime. Elle montre aussi combien les premières liturgies d'Occident ressemblaient de près à celles d'Orient.

C'est au coeur des Journées Mondiales de la Jeunesse que soeur Marie Keyrouz, la voix oecuménique, chantera pour tous les jeunes du monde entier lors d'une veillée organisée par une équipe de JUBILATIO, dans le Parc André Citroën à Paris, le jeudi 21 août, à partir de 21h00.

La voix d'or au service de Dieu permettra aux jeunes de vivre un temps à la fois de partage, de prière et d'espérance.

Anne-Cécile Labracherie


Mise à jour : 31 juillet 1997.