[JMJ 97 - Le Cyberjournal]

Un accueil en fête à Saint-Léon



La paroisse Saint-Léon, tout près du Champ de Mars où auront lieu deux grands rassemblements des Journées Mondiales, accueille plus de deux mille pèlerins avec des musiques et des danses pour une grande fête de bienvenue.



SOLEIL de plomb, musique rock, des foulards qui volent et des jeunes qui dansent : dans le square qui fait face à l'église Saint-Léon, dans le VIIème arrondissement, l'ambiance est clairement à la fête. C'est ce soir en effet que plus de 1 200 jeunes étrangers venus de différents pays (du Soudan aux Etats-Unis en passant par les pays de l'Est) rejoignent leurs condisciples parisiens. Et contrairement aux idées reçues, les jeunes français ici n'ont pas boudé les JMJ : aux 150 jeunes de Tarbes et Lourdes se sont ajoutés un millier de paroissiens de Saint-Léon, soit près d'un cinquième des pratiquants du quartier !

Dès ce soir, le rythme est donné : après un premier repas en commun, la soirée commencera à 20h30, dans un esprit que les organisateurs ont voulu délibérément festif : après de longs trajets, les pèlerins ont envie de se détendre et de se retrouver à l'aise. Pour les célébrations et les rassemblements spirituels, ils auront toute la semaine, et c'est d'abord dans la rencontre culturelle et dans la fête que ces jeunes si différents veulent se découvrir.

Rencontre culturelle, donc : les jeunes de la paroisse qui ont préparé cette soirée ont tenu à ce que chaque groupe national puisse se présenter - et d'ores et déjà on attend ici le concert de Djambe des jeunes venus du Zimbabwe, avant que les polonais, les argentins ou les américains prennent le relais jusque tard dans la nuit... Enfin, pas trop tard tout de même : la journée a été longue et tout le monde veut être en forme demain pour la grande ouverture solennelle au Champ de Mars, tout près d'ici. Mais cela, c'est pour demain. En attendant, les jeunes parisiens partent se reposer quelques heures avec la consigne : " Rendez-vous ce soir, 20 heures, sur le parvis. " Que la fête commence !

Pierre-Yves Stucki

Interview

Père Frédéric Roder,
prêtre à Saint-Léon.

" Cela fait 18 mois déjà que la paroisse se prépare à ces JMJ, à partir d'un petit groupe consitué des responsables des différents pôles de l'organisation (hébergement, animation, repas, liturgie etc.) qui ont ensuite consitué autour d'eux des équipes. " Pour le Père Roder, " cette préparation a apporté quelque chose aux adultes de la paroisse, qui ont appris à travailler ensemble ", allant au-delà de leurs différences naturelles. Et cela est capital.

"conscience minoritaire,
dynamisme missionnaire"

Mais bien sûr, c'est surtout aux jeunes de la paroisse que le prêtre pense, et il avoue être marqué par la conscience de l'accueil qu'il y a chez eux : " Accueillir toutes ces cultures, c'est pour eux un moment énorme, ils peuvent voir véritablement la catholicité, c'est à dire l'universalité de l'Église. Et cela entraîne aussi un dynamisme missionnaire chez eux : il n'ont pas honte de se montrer chrétiens. Ils ont bien conscience d'être une minorité aujourd'hui, mais ils ont le souci de témoigner de leur foi, même si cela n'est pas facile. Et plus cela devient difficile, plus ils osent s'affirmer croyants ".

"attentifs au message du pape"

"La présence du Pape touche beaucoup les jeunes - surtout que nous sommes tout proches du Champ de Mars. Sa venue nous concerne, nous sommes en plein dedans". Mais tout autant qu'à la présence physique de l'homme, pour le père Roder, " les jeunes sont aussi attentifs à ce qui va leur être dit "