[JMJ 97 - Le Cyberjournal]

Jean Vannier

interview exclusive pour le cyberjournal de Jubilatio


Le fondateur de l'Arche nous introduit au mystère de la personne handicapée : porte d'entrée à l'Évangile.


Jean Vanier AU détour d'un temps de catéchèse programmée dans le cadre des journées mondiales de la jeunesse, je rencontre Jean Vannier, en retrait il écoute, contemple tous ces jeunes handicapés proclamant leur foi en Jésus-Christ.
Jean Vannier m'accueille d'une chaleureuse poignet de main comme si il m'attendait, disponible , prêt à me donner un peu de temps. De cet échange je veux vous donner l'essentiel, le coeur.

Une seule question suffira pour ammorcer notre échange : La présence des personnes handicapés aux J.M.J est particulierement importante, quelle est votre réaction ? " Cette présence est le signe d'une recherche d'intégration de la part de l'Église pour la personne handicapé, cela reste difficile car tout va trop vite. "
" Les parties du corps qui paraissent les plus faible sont indispensables, celles que nous estimons le moins, nous les entourons de plus de soin que les autres " 1co.12 , 22.33
Nous n'en sommes pas encore là, toute la société nous montre qu'il faut être fort et grand. La personne handicapé nous introduit dans un autre monde, celui de la vulnérabilité, de la tendresse et de la confiance, avec eux il faut accepter de changer de rythme, prendre le temps d'être à l'écoute gratuitement. Si nous faisons ce pas, sans doute nous conduiront ils tout simplement au coeur de nous même, au coeur de Dieu.
St Jean nous montre avec l'évangile de l'aveugle-né comment ce marginal est mis à la porte de la société et pourtant il garde l'essentiel, cette liberté de dire Dieu. Sommes nous prêts à risquer cette liberté ? Sommes nous prêts à descendre de notre trône, à risquer notre statut social pour rejoindre le coeur, pour vivre cette liberté ?

Jean Vannier évoque un souvenir : un jeune trisomique, Favio, participe aux Jeux Olympiques, au 100m., il y met tout son coeur, toutes ses forces, il veut gagner la médaille, un jeune concurent va pour le dépasser mais tombe, Favio stoppe sa course vers la victoire, l'aide à se relever, lui prend la main et franchit la ligne d'arrivée main dans la main... Sommes nous prêts nous aussi à perdre la médaille pour risquer la solidarité et l'amour ? Nous avons surdéveloppé nos capacités intellectuelles et techniques et laissé pour compte nos "capacités affectives et relationnelles". Par ce qu'ils sont les personnes handicapés peuvent nous faire redécouvrir ce monde, si nous osons nous risquer avec eux , ils deviendront pour nous porte d'entrée à l'Evangile. Ils rassemblent , par leur dépendance, une communauté autour d'eux, ils sont source de communion, la tendresse et le contact étant souvent le seul moyen de communication.
La présence des personnes handicapés au J.M.J nous fait faire le chemin de Pierre, de la croix à la résurrection, de la désillusion au pardon et à l'amour. St Pierre voyait en Jésus son idéal, le libérateur d'Israël, la mort du Christ est un échec qu'il ne peut accepter. les J.M.J, c'est un peu cet idéal, une force de rassemblement qui voudrait faire bouger le monde au nom de Dieu... mais comme St Pierre il faut accepter de passer par la croix, la faiblesse, le pauvre. C'est un passage de l'idéal au réel, Jésus nous appelle à passer de l'amour du beau et du puissant à l'amour du petit, comme Il a ammener ses disciples à Betsaïde pour leur dire sa priorité et son amour pour les petits. J.5, 1.18

La personne handicapé nous fait progressivement accepter notre faiblesse, le pauvre est sacrement pour nous, il nous introduise au dela du visible, du compréhensible. Abel fait sa 1ere communion, une belle liturgie, une belle fête de famille... L'oncle se réjouit mais regrette: " Et dire qu'Abel ne comprend rien de tout ça !" Abel a entendu, il sourit, se retourne vers sa maman et lui dit : " Ne t'inquiete pas Maman, Jésus, il m'aime comme je suis "

Propos recueillis par Marie-Laure Puybareau-Manaud