Jeudi 17
août 2000
PIER GIORGIO FRASSATI
" l'homme des huit béatitudes "
 
Demandé par Monseigneur Boccardo pour les J .M .J, ce spectacle de l'incontra giovani réalisé par Daniel Facérias retrace avec beaucoup de finesse, de profondeur et d'originalité la vie du Bienheureux Pier Giorgio Frassati. Il allie avec talent la richesse d'un message spirituel fort et la beauté d'un spectacle de qualité. Il enchaîne tour à tour, avec beaucoup de légèreté, mise en scène, danse artistique, jonglages, textes biographiques et chansons : c'est une impression de joie et d'harmonie qui illustre bien le message que nous a laissé ce jeune italien du début du 20ème siècle béatifié en 1989 par notre pape. Chaque période clef de sa vie est figuré par un tableau qui alterne les différents moyens utilisés, simple et suggestif ils permettent de souligner le thème principal. Toute la vie de Pier Giorgio est marquée par le don de soi au plus pauvre qu'il appelle sa famille, par son engagement social très poussé, par un amour de Dieu sans limite.

Malgré sa situation sociale, Pier Giorgio appartient à la haute bourgeoisie turinoise, son père est le fondateur de la stampa, il n'hésite cependant pas à s'afficher du côté des petits, a dénoncé les injustices sociales et à vivre dans une joyeuse sobriété. Cottolingto est son quartier, celui de ses frères les pauvres : " Dans la Sainte Communion, Jésus vient me visiter chaque matin, je le Lui rends en visitant mes pauvres. " Pier Giorgio est un amoureux de la vie, et il s'élance au sommet des montagnes, c'est sa passion : " Toujours le premier, il monte vers les sommets sans se retourner. " De très belles figures de jonglage viennent illustrer cette montée vers les sommets, cette proximité du Ciel que vivait Pier Giorgio.Il n'hésitera pas non plus à dénoncer la situation politique au temps de Mussolini : " Je suis chrétien et notre révolution c'est l'amour. " La chanson de l'oiseau blessé vient nous parler de cette Italie en proie à cette idéologie de la puissance et de la violence qui défigure ce pays. Toujours plus haut, il entre dans le laïcat dominicain et devient frère Girolamo Savonarola, un modèle qu'il admire pour son engagement pour la justice et la paix.

Face à un amour dont il ne se sent pas digne, Pier Giorgio l'offre en sacrifice : l'amour crucifié, et le transforme en don total pour les pauvres. En cueillant une nouvelle rose pur son paradis auprès de ses frères, il contracte la poliomyélite, l'épine de la rose.Pier Giorgio s'éteint à 24 ans, l'homme des sommets voit ses membres se paralyser. A sa mère en larmes, il dit : " Ne pleure pas je sais que c'est l'amour. " Ses lèvres se ferment mais il trouvera encore la force d'exprimer ses dernières paroles : " Le Seigneur me pardonnera. "
Une grande croix rouge de tissu flotte derrière Pier Girgio et nous indique le don total de sa vie, mais rien ne s'arrête, les balles qui s'élèvent vers le ciel reprennent leur danse plus haute, plus légère, plus céleste et à sa suite, c'est une foule immense de jeunes qui veulent suivre ses traces : " Verso l'alto " " Vers les sommets. "


Soeur Marie-Théo